LECOTONOIS
LECOTONOIS

Pour le goûter, voici l’adresse d’un “Yovo Doko” extraordinaire.

Avec le Ata et Tevi, c’est le goûter le plus prisé des cotonois.
Littéralement “le beignet du blanc” en français, le Yovo Doko est fait à base de blé, ingrédient importé donc du pays de l’homme blanc. Le blé est ensuite mélangé à de la levure et du sucre. Frit, il s’apparente au donut américain. Le matin ou en début d’après midi, le Yovo Doko régale, accompagné ou non de bouillie.
Nous avons trouvé pour vous une adresse irréfutable du goût inimitable d’un Yovo Doko fait dans le plus strict respect de la recette. Au feu d’une bouteille de gaz, seul élément sur place travesti par la modernité, deux mamans enchaînent une cadence machinale, précise. 07 minutes suffisent à sortir de l’huile chantonnante une pelée de Yovo Doko. Mais ceux ci sont uniques. Ils sont à la tomate ce qu’est la tomate cerise. D’une variété un petit peu au dessus sans qu’on puisse le justifier. Ces Yovo Doko sont petits comme une grosse pépite, ronds à la perfection, croquant juste comme il faut et moelleux aussitôt qu’on a mordu dedans. La maman, avant de les emballer, les saupoudre d’une pluie de sucre.
Pour 10 francs l’unité, vous aurez le goûter local le plus gourmet de la ville. Pour aller à sa rencontre, rendez vous au quartier Gbejromedé, carrefour 16 ampoules au pied de l’immeuble qui abrite le  supermarché “Le J’adore”. La petite baraque des Dokonons est face aux caniveaux qui mènent à Canal Olympia.
Roméo Badjinga

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.