LECOTONOIS
LECOTONOIS

“Goya” de Rodrigue Vodounou a séduit Koffi Olomidé

 

“L’esprit de ma marque, c’est l’élégance et le savoir-vivre. Ceux qui achètent mes modèles sont ceux qui savent reconnaître une belle finition.”

Né en Belgique, Rodrigue a grandi en France. Il témoigne qu’il doit sa passion pour la chaussure à ma mère. Après le baccalauréat, Rodrigue Vodounou a en tête de créer sa propre marque. Il attendra 2016 pour se lancer. C’est en Italie qu’il se fournira, avec des économies provenant de son premier travail. Goya ouvre sa boutique dans le 15ème arrondissement de Paris. Il travaille les cuirs souples, le raphia et le coton.
Il propose mocassins, sneakers, mules, bottes, sandales et chaussures pour enfants. Ses chaussures coûtent entre 100 000 et 200 000 F Cfa et la boutique Goya vole à un peu moins de 100 millions de chiffres daffaires.

“Je ne suis pas particulièrement amateur de Goya ( le peintre italien dont il prend le nom pour sa marque), mais je voulais le nom d’un peintre, car mes chaussures sont, pour la plupart, patinées. Je voulais aussi un nom qui soit cosmopolite et facile à prononcer.” Rodrigue Goya s’enorgueillit: “Je ne fais que des séries limitées. “Francesca”, une de ses créations, n’existe qu’en 50 exemplaires. Fort de son succès, Rodrigue Vodounou a en plan de conquérir l’Afrique. Goya vient de mettre la main sur un ambassadeur de première main: Koffi Olomidé. Sapeur inégalé devant l’éternel. Oswald Homéky, Ministre béninois des Sports, a déjà été aperçu, baskets Goya aux pieds.

Le Cotonois

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.